Angleterre, Vos stades

A Loftus Road « le temps semble figé »

Fan du football anglais, Joe, 28 ans, a quitté la Suisse où il a grandi pour s’installer à Londres. En 2008, il découvre Loftus Road, le stade de Queens Park Rangers. Il nous raconte cette histoire d’amour avec un des derniers véritables « stades à l’anglaise ».

A l’Ouest du centre ville de Londres, aux alentours de midi, la bière commence à mousser dans les pubs du quartier Shepherd’s Bush. Uxbridge Road se pare de bleu et de blanc. Les rues résidentielles jouxtant Loftus Road s’apprêtent à vivre une nouvelle rencontre de football. Queens Park Rangers joue aujourd’hui. « Le plus drôle c’est que tu peux traverser le quartier sans t’apercevoir de l’existence d’un stade, dont on ne distingue que les projecteurs au-dessus des toits » raconte Joe, supporter du club depuis sa première à Loftus Road en 2008. « Le côté nord de l’enceinte donne sur South Africa Road, une plus grande artère, d’où le stade a plutôt l’air d’un bâtiment de bureaux » poursuit-il. Mais les jours de match, certains indices ne laissent plus de place au doute : « La route est envahie par les fans, les policiers à cheval, plusieurs stands de burgers et d’écharpes ! »

L’extérieur du stade laisse penser à des bureaux. Loin des stades modernes actuels et leurs imposants parvis.

Bâti en 1904, ce stade centenaire a connu plusieurs rénovations, mais jamais de grand chamboulement. « Les sièges sont neufs, tout a été repeint. L’intérieur du stade a un joli aspect, mais au fond, dans la structure, quasiment rien n’a changé depuis l’abolition des places debout dans les années 90 » décrit Joe, abonné dans la plus petite tribune latérale, Ellerslie Rd Stand. A l’instar d’un Craven Cottage, le stade conserve son charme d’antan, avec les petits désavantages que cela implique : « Les rangées de sièges sont tellement serrées, qu’il est quasi impossible de s’assoir si tu fais plus d’1m80, sourit Joe. De ‘mon’ côté du stade, la pelouse est tellement proche du premier rang, que tu pourrais faire les lacets de l’arbitre de touche. »

Une ambiance populaire, un club engagé

« A mes 16 ans, mon père a voulu me faire découvrir le foot anglais qu’il avait connu dans les années 80, et on est allé voir Arsenal à l’Emirates Stadium. Un peu sur notre faim après un 1-0 contre Wigan dans un stade sans grande ferveur, on lit dans le journal que QPR joue une heure après en late kick-off le soir même« , raconte Joe à propos de sa première fois à Loftus Road. Son père et lui n’arrivent que pour la seconde mi-temps. « Instantanément, c’est un contraste frappant avec l’Emirates. Plus populaire, plus bruyant, c’est un joyeux bordel ! Et QPR bat Wolverhampton sur une sublime reprise de Martin Rowlands, enfant du quartier. C’était décidé, c’était mon club. » Deux mondes distincts entre foot moderne et tradition. Pourtant le stade de QPR aurait pu s’inscrire parmi les stades usant des nouvelles technologies. En 1981, le club installe une pelouse synthétique, une première en Angleterre. Le board du club reviendra à la traditionnelle pelouse naturelle seulement sept ans plus tard.

A Londres où on trouve une dizaine de clubs professionnels, toutes les ambiances existent. « La particularité de Loftus Road est que le stade est vraiment au cœur de sa communauté, dans une zone résidentielle. Le stade est entouré de maisons de trois côtés, et se trouve vraiment dans les jardins de celles-ci » explique Joe. Preuve de l’implication du club pour les siens, le nom Loftus Road a été troqué, en juin 2019, pour Kiyan Prince Foundation Stadium. Il ne s’agit pas là d’un gros contrat de naming, mais d’un hommage à un jeune du club, poignardé mortellement à l’âge de 15 ans, alors qu’il tentait de protéger un autre garçon harcelé par son agresseur. « L’association dont le stade porte le nom, se bat contre la criminalité chez les jeunes » précise Joe.

« De manière plus générale, le club œuvre pour soutenir le quartier, dont certaines parties sont défavorisées. On se souvient du soutien du club lors de l’incendie de la tour de Grenfell, qui a fait 72 morts en juin 2017, se servant du stade pour récolter affaires, vêtements et nourriture pour les victimes ayant tout perdu.  Le club a également organisé un match le mois suivant pour lever des fonds pour les victimes, et honorer les survivants et pompiers, qui restera un moment unique dans un Loftus Road plein à craquer » décrit notre supporter de QPR.

Populaire, mais électrique

A l’instar du club, les fans des Rangers savent être généreux. Généreux par leur présence en tribune, mais aussi par l’atmosphère qu’ils peuvent proposer. « Les matchs à enjeu ou certains derbys, la proximité des fans et l’animosité peuvent devenir difficile à gérer pour les arbitres ou les adversaires. Les habitués racontent encore un derby contre Chelsea, l’année du retour en Premier League, ou l’atmosphère était tellement hostile et les fans tellement proches que Juan Mata avait abandonné l’idée de tirer les corners, envoyant Frank Lampard à sa place, raconte Joe. Résultat, les Blues avaient fini par perdre leur sang-froid, avec deux cartons rouges et un penalty concédés dès la première mi-temps.

©Photo Twi/@Jo_COYRs /StadioVostro

Le côté populaire, aux sources du football anglais, colle parfaitement à la peau du club. Presque impossible pour QPR de remplir un stade de 50 000 places avec sa communauté. « Le club a pourtant essayé, deux fois dans son histoire, dans les années 30, puis 60, de déménager au stade olympique de White City, construit juste au bout de la rue (un peu comme West Ham récemment), explique Joe. Mais les Rangers se sont vite retournés vers Loftus Road, plus facile à remplir et avec une meilleure ambiance. « Ici, pas de tambour, pas de fumigène, pas de drapeau. Juste voix et mains, et les fans qui tapent sur les tôles et les panneaux publicitaires pour faire du bruit. A Loftus Road, on est a des années lumières d’un stade du 21ème siècle, et c’est ça qui est génial. »

Pierre Caron

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s