Vos stades

Visite intimiste du Wham Stadium d’Accrington Stanley (League One)

Certaines histoires d’amour ne s’expliquent pas. Celle d’Olivier, 30 ans, avec le petit club anglais d’Accrington Stanley FC en fait partie. Ce groundhopper a fait du Wham Stadium sa maison secondaire, il nous emmène en visite au nord ouest de l’Angleterre.

Liverpool ? Manchester ? Plus au nord encore ? Bolton ? Non plus ? Blackburn ? Toutes ces villes comptent un club de football reconnu outre-manche. Tout proche de chez les Blackburn Rovers, un autre club uniquement connu par les plus téméraires sur Football Manager mène sa vie. D’ailleurs sa devise n’est autre que « The club that wouldn’t die¹« . Bienvenue dans le comté du Lancashire, à Accrington, petite ville de près de 30 000 habitants. Ici demeure le Accrington Stanley FC, dont l’histoire remonte au début des années 1890, sous le nom Stanley Villa. Mais il faut avancer jusqu’en 1968 pour trouver les fondations du club tel qu’il est aujourd’hui. A cette date, le nouveau manager (et ancien joueur de Stanley), Jimmy Hinksman, s’installe pour la première fois avec ses hommes à Crown Ground nouveau pré que le club ne quittera plus.

Olivier a découvert le petit stade d’Accrington en 2014 : « La première fois qu’on y est allé, ce n’était pas très attirant. C’était extrêmement rustique. Un stade entre deux terrains vagues, qui fait vieux, défraîchi. Le parking était en gravier et juste à côté, des préfabriqués accueillent la boutique et les bureaux. » Le charme des typiques maisons anglaises bordant l’enceinte ne changeront rien au ressenti.

En 2018 commence la destruction des murs en parpaings séparants les tribunes de la pelouse. ©Photo https://www.theclubthatwouldntdie.co.uk/

Le club végète à ce moment-là dans les tréfonds du foot pro anglais, bien loin des projecteurs braqués sur la Premier League. Après un trip avec un match par jour dans le reste de l’Albion, Olivier tombe quand même sous le charme de ce stade typiquement anglais. « On est très proche du terrain. Les virages sont collés au filets des buts. A l’époque les gradins étaient tous garnis de sièges, pas moyen de rester debout. L’un des côtés du terrain était couvert par une tribune paraissant avoir 70 ans de plus que le reste du stade » se souvient celui qui à l’origine est supporter du FC Nantes. Entre les tribunes et la pelouse, « des murets en parpaing » décrit Olivier.

« Un stade familial et à taille humaine »

Depuis cette première à Accrington, lors d’un derby contre Morecambe « le club au logo crevette » comme l’appelle Olivier, Crown Ground a bien évolué. « Après cette visite, on a continué à suivre le club les mois suivants, notamment la bataille pour le maintien de ce club qui avait le plus petit budget et le plus petit stade de tous les clubs pros en Angleterre, raconte-t-il. Grâce aux bons résultats du club (principalement le titre de Champion de League 2 en 2018 et les bons parcours de Coupe), Accrington a développé ses revenus et en a profité pour améliorer son stade et ses infrastructures. »

Le Wham Stadium en 2020, déjà bien loin de la première description d’Olivier en 2014.

Nouvelles tribunes, boutique neuve, suppression des murets… le stade cède même au Naming, véritable source de revenus dans le foot moderne et prend le nom de Wham Stadium. Pas de quoi blaser les supporters ni les dirigeants qui lui trouvent un nouveau surnom : Whambley (référence évidente au stade national de Wembley, à Londres). Le propriétaire du club, Andy Holt, fera la comparaison lors d’un déplacement au Stadium of Light de Sunderland :

« Pour un club comme Accrington qui, il y a encore 3-4 ans était le plus petit budget et plus petit stade des 92, c’est un rêve de pouvoir affronter des clubs comme Sunderland, Bolton ou Portsmouth, anciens pensionnaires de Premier League, poursuit Olivier qui a d’ailleurs créé un compte Twitter en français pour suivre le club. Il faut quand même rappeler que le Stadium of Light de Sunderland fait 10 fois la taille du stade actuel à Accrington et peut contenir presque deux fois la population de la ville. » A l’inverse des Black Cats, en constante chute (voir le reportage Sunderland ‘Till I Die, sur Netflix), Accrington grandit. « Mais le club reste familial et à taille humaine et le Wham Stadium représente bien cet aspect du club » affirme le fan des Reds de Stanley.

¹ « Le club qui ne voulait pas mourir »


Tous les fans français d’Accrington Stanley menés par Olivier vous invitent à partir à la découverte de Crown Ground : « Les trois mots qui me viennent à l’esprit quand je pense au stade : intimiste, trempé (on est dans le Nord de l’Angleterre, n’oublions pas) et magnifique (voir les collines en arrière-plan derrière l’Away Stand). D’ailleurs un proverbe à Accrington dit que ‘Si tu ne vois pas les collines depuis la tribune, c’est qu’il pleut. Si tu les vois, c’est qu’il va pleuvoir‘. » L’occasion de découvrir le groupe d’ultras du club : « Les Stanley Ultras, qui animent le kop avec tambours et chants pendant tout le match.« 


Pierre Caron

1 réflexion au sujet de “Visite intimiste du Wham Stadium d’Accrington Stanley (League One)”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s