Serie A, Vos stades

« San Siro ? Un rêve éveillé »

Tristan, 24 ans, est tombé amoureux du grand Milan des années 2000, emmené par les buts de Pippo Inzaghi. Depuis il a visité San Siro a plusieurs reprises et nous raconte cette enceinte mythique.

« Je suis enfin de retour. Enfin ! J’ai hâte de voir les fans au stade. Je vais à nouveau faire sauter de joie San Siro » disait Zlatan Ibrahimovic -toujours modeste- lors de son retour à l’AC Milan en janvier 2020. L’attaquant passé aussi par l’Inter connaît les moindres recoins de la mythique enceinte milanaise et apprécie l’ambiance de feu qui y règne. S’il n’aura eu que peu de temps pour faire vibrer les tifosi cette année, la faute à l’épidémie de coronavirus, Ibra ne tarit pas d’éloges a propos de San Siro : « J’ai toujours dit que c’était ma maison. »

Inauguré en 1926, San Siro s’avère rapidement avant-gardiste. Les architectes font le choix d’un stade sans piste d’athlétisme, consacré presque uniquement au ballon rond. Plus tard, dans les années 80, l’enceinte voit naître ses iconiques rampes d’accès collées au stade, donnant l’impression de tourner sur elles-même.

« Extérieurement, le stade est imposant, il dégage un sentiment d’admiration. Je le trouve magnifique. Les piliers qui permettent d’accéder aux tribunes hautes sont représentatifs du stade, c’est assez original de monter de cette façon » raconte Tristan qui a découvert San Siro un soir de 2015, en Ligue des Champions contre l’Atletico Madrid. « J’avais fait quelques stades avant (Bordeaux, Toulouse…) c’était sympa, mais comparé à San Siro, il y a un monde d’écart ! » Il faut dire que l’édifice compte pas moins de 80 000 places, faisant de lui le plus grand stade d’Italie, devant l’Olimpico de Rome.

« L’impression d’entrer dans une arène »

Maison mère de deux des plus grands clubs italiens (36 championnats d’Italie à eux deux), Giuseppe-Meazza a accueilli des matchs mythiques, forcément accompagnés d’ambiances exceptionnelles. « Ça commence sur la route du stade, décrit Tristan. Que ce soit à pied ou en métro, les supporters prennent toute la place. Les chants commencent dès ce moment-là, donc bien avant le début du match. La tension monte petit à petit et c’est très excitant. »

Une fois les colonnes du stade grimpées et les portiques de sécurités franchis, on se retrouve à l’intérieur de ce monument historique. « A l’intérieur, niveau esthétique, il est moins clinquant. Les sièges sont colorés différemment selon les tribunes, rien de transcendant. Il fait un peu vétuste mais reste quand même en très bon état » décrit le supporter milanais. Les sièges verts, oranges, rouges et bleus sont vites cachés par les tifosi des deux Milan pour le derby della Madonnina, en mars 2019. « Quand la curva se met à chanter, ça résonne dans tout le stade, c’est très impressionnant. L’acoustique est parfaite. On dirait une arène » se remémore Tristan. A l’ère de l’Empire Romain, San Siro serait à Milan ce qu’était le Colisée à Rome. Le tifoso milanista poursuit la comparaison : « Tout le long du match, l’ambiance ne s’éteint pas, malgré les buts encaissés. Et lors d’un but pour le Milan, cela ressemble à un rugissement de lion ! »

Cette tension à l’approche du coeur de La Scala del Calcio, pourrait disparaître puisque Milan souhaite construire un nouveau stade, réduisant l’actuel San Siro en poussière. « Le bâtiment appelé stade Giuseppe Meazza (San Siro) n’a aucun intérêt culturel et se trouve donc exclu des dispositions de protection » a déclaré la commission régionale, qui dépend du ministère italien de la culture, quant à la destruction de l’édifice à l’aube de 2021. Une affirmation évidemment contredite par tous les passionnés de football. Hôte de deux Coupes du Monde (1934 et 1990), le stade fait partie intégrante de la ville de Milan et de l’Histoire du football. « Pour moi, ce stade ne doit pas être détruit. Il représente un intérêt culturel dans un pays où le football est plus qu’une religion, affirme Tristan. Ça me fait très mal au cœur qu’un monument aussi beau et qui représente une partie de l’histoire du Calcio soit détruit. D’un autre côté, étant supporter du Milan, je sais qu’il vaut mieux pour eux être propriétaires de leur stade. Mais ce stade pourrait peut-être servir autrement. »


San Siro est le nom original du stade de Milan. Ce nom provient du quartier où il a été construit, pour le Milan AC. Depuis 1947, Milan partage le stade avec l’Inter et en 1979, au décès de ce dernier, le stade est rebaptisé Giuseppe-Meazza, en l’honneur de l’attaquant italien ayant porté les deux maillots.

Aujourd’hui l’AC Milan utilise l’appellation « San Siro » et l’Inter « Giuseppe-Meazza ». Les dirigeants des deux clubs se sont mis d’accord pour la destruction du stade afin d’en construire un nouveau, qui sera également partagé.

« Je recommande à tous les fans de foot d’aller voir un match dans ce stade. Certes, les clubs qui l’occupent n’ont plus le même niveau, mais malgré ça, l’ambiance est toujours là, et cela galvanise les joueurs qui donnent tout dans ce stade. Dépêchez-vous, il risque de ne plus être debout très longtemps ! » – Tristan


Photo Une : ©Wikipédia

Pierre Caron

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s