Stadio Vostro

20 fun-facts sur les stades de Ligue 1 (part II)

Vous rempliss(i)ez leurs tribunes tous les week-ends ou vous les suivez à la télé tous les dimanches. Vous connaissez bien ces stades de Ligue 1. Mais à travers leur vécu, ils ont tous quelques histoires à raconter. Voici quelques fun-facts sur les stades français.

Si vous avez loupé la partie I, elle est à (re)lire ici : 20 fun-facts sur les stades de Ligue 1 (part I)

11- Le stade Raymond-Kopa (SCO Angers)

Inauguré en 1912, l’ancien stade Jean-Bouin a depuis connu plusieurs rénovations. Mais dans les années 50 le stade avait une particularité assez inédite. Au dessus de la tribune Jean-Bouin, en latéral, avait été construit une terrasse. Un peu à l’image d’un stade pour le tennis, les spectateurs (VIP pour la plupart) pouvaient assister à la rencontre depuis le haut de l’édifice, sans aucun toit au dessus de la tête.

Source de la photo : scoangers.ugocapeto.com

(Re)Lire : « Le stade Raymond Kopa est à l’image du SCO, petit mais de qualité »

12 – Le Matmut Atlantique (Girondins Bordeaux)

Connaissez-vous l’origine des nombreux bâtons qui forment l’enceinte des Girondins ? Dessiné par les architectes Jacques Herzog et Pierre de Meuron, aussi à l’origine de l’Allianz Arena de Munich, le nouveau stade de Bordeaux et ses 1000 poteaux blancs ont une explication assez simple. Les architectes suisses se sont inspirés des forêts de pins landaises.

(Re)Lire : « Le Matmut Atlantique, beauté intérieure »

13- Le stade de la Beaujoire (FC Nantes)

Inauguré en 1984, le stade des Canaris est déjà controversé par certains qui parlent de le remplacer (dont le président du club, Waldemar Kita). Mais lors de sa construction, le chantier a été quelque peu compliqué. La raison ? Le stade devait être prêt pour accueillir l’Euro 84. Dans cette optique, la pelouse a été plantée avant même que la structure de l’enceinte ne soit construite. Un jardin obligeant les ouvriers à construire autour du pré, sans l’abîmer de quelque façon.

(Re)Lire : « A la Beaujoire et nul part ailleurs »

14- Le stade Francis-Le Blé (Stade Brestois 29)

Ouvert en 1922 le stade du Stade Brestois a accueilli le tournage d’un film français. Sur sa pelouse, Franck Dubosc, Omar Sy, José Garcia ou encore Joey Starr ont joué une partie de foot pour le film Les Seigneurs (2012, Oliver Dahan). « On avait vraiment l’impression d’être en finale, on s’y croyait complètement » raconte Franck Dubosc à propos des 250 supporters brestois réquisitionnés pour mettre l’ambiance lors du faux match de Coupe de France.

Les acteurs du film « Les Seigneurs » sur la pelouse du stade Francis-Le Blé de Brest. ©Photo Allociné

15- Le stade Saint-Symphorien (FC Metz)

Bientôt centenaire (il a été ouvert en 1923), le stade du FC Metz a traversé les époques. En toute logique, il a subi la seconde Guerre Mondiale. Subit étant le terme juste, puisqu’occupé par l’Allemagne nazie, la région grand-est n’a pas été épargnée. Le stade messin n’échappe pas à la règle, puisque peu avant leur départ, les occupants nazis décident d’inonder entièrement l’enceinte. Il faudra attendre 1945 pour que le stade soit réhabilité et capable d’accueillir à nouveau des matchs.

©republicain-lorrain.fr

16- Le stade Gaston-Gérard (Dijon FCO)

Nous aurions pu parler du passé un peu sombre de Gaston Gérard, affilié à la collaboration avec le Régime de Vichy, mais on a dit « Fun fact » (Vous pouvez retrouver la polémique ici). Un autre fait marquant est associé au stade Gaston-Gérard de Dijon. En 1980 Bob Marley y tient un concert devant plusieurs milliers de personnes, le seul spectacle en plein air dans l’enceinte. Le concert a bien failli ne pas avoir lieu, quand deux jours avant, le toit de la scène couverte s’est écroulé sur celle-ci. Grand passionné du ballon rond, Bob Marley jouera même un match sur la pelouse de Gaston Gérard et le concert aura finalement bien lieu.

Le stade Gaston-Gérard bien rempli pour assister au show de Bob Marley, le 5 juin 1980.

17- Le stade Geoffroy-Guichard (AS Saint-Etienne)

Savez-vous d’où vient le surnom « Le Chaudron » pour le stade Geoffroy-Guichard de l’ASSE ? Certains diront que l’origine du nom remonte aux fumées projetées par les usines voisines du stade dans les années 30. Mais l’appellation ‘Chaudron’ a réellement adoptée en 1974, le 6 novembre précisément. Battus 4-1 en Yougoslavie par Hajduk Split en 8ème aller de la Coupe des Clubs Champions, les Verts doivent réaliser l’exploit pour renverser la situation à GG. Chose faite après une victoire 4-1 amenant les Stéphanois en prolongations, où Triantafilos inscrit le cinquième but, offrant aux siens la qualification. Les journalistes étrangers octroient alors à Geoffroy-Guichard ce surnom du Chaudron, tant l’ambiance lors du match était bouillante.

(Re)Lire : Geoffroy-Guichard, « sûrement la plus belle ambiance de France »

18- Le stade des Costières (Nîmes Olympique)

Surnommée la « Rome française », la ville de Nîmes a des liens forts avec l’Italie et conserve plusieurs vestiges de l’Empire romain. Le stades des Costières ne déroge pas à la règle, puisque à l’origine des traits de l’enceinte des crocos on trouve Vittorio Gregotti. Cet architecte italien (décédé en mars dernier des suites du covid-19) est aussi le designer du stade Luigi-Ferraris de Gênes, d’où le look similaire des deux structures.

19- Le stade de la Licorne (Amiens SC)

Pour un stade d’une vingtaine d’années, le stade de la Licorne en paraît 20 de plus. Inauguré en 1999, l’enceinte amiénoise a connu plusieurs déboires, notamment par manque d’entretien. En 2016 le stade est même fermé en urgence puisque les atypiques verrières qui composent le toit menacent les spectateurs de la tribune ouest. La raison ? Tout a commencé par le choix d’une mauvaise peinture lors de la construction, favorisant la rouille dès les premières semaines d’exploitation. S’en suit une absence totale d’entretien menant à la vétusté précoce du stade. Michel Devaux, l’adjoint en charge des sports sous Gilles de Robien, interrogé en 2016 dira même « qu’il ne savait pas qu’un entretien régulier du stade était nécessaire. » Bon…

Pour retrouver en détail cette histoire : Stade de la Licorne, ou comment après une première erreur…

20- Le Stadium de Toulouse (Toulouse FC)

Officiellement ouvert en 1949, le Stadium de Toulouse a connu plusieurs rénovations au fil du temps. Si la dernière en date a été faite en préparation de l’Euro 2016, au début des années 2000, le stade a du subir un lifting forcé. Le 21 septembre 2001, l’enceinte toulousaine subit de plein fouet l’explosion de l’usine AZF. « Sous l’onde de choc, des rivets de 8 cm de diamètre soutenant des poutrelles métalliques ont été sectionnés net » raconte La Dépêche. Pendant près d’un an, le Stadium sera inutilisable, ses murs ayant bougé de quelques 30 centimètres à cause de l’explosion.

(Re)Lire : Stadium de Toulouse, le foot en rose

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s